Ministre du Transport

Ministre du Transport

Elisabeth BORN

Un ministre aux vastes pouvoirs

L’étendue des pouvoirs de la nouvelle ministre en charge des transports est vaste, selon la description qu’en fait le décret n° 2017-1086 du 24 mai.

Au titre des transports et de leurs infrastructures, elle suit les politiques relatives aux transports ferroviaires, guidés et routiers, y compris les transports publics particuliers, aux voies navigables, aux transports maritimes, à la marine marchande, à la plaisance et aux activités nautiques, aux ports, à la sécurité, à la navigation, à l’aviation civile, aux applications satellitaires, à la météorologie et à l’organisation des transports pour la défense. Elle veille à la mise en œuvre des politiques de sécurité des infrastructures routières et de réglementation technique des véhicules.

De plus, la ministre du transport est notamment en charge de la politique d’intermodalité et veille en particulier au développement des plates-formes multimodales ferroviaires, fluviales et portuaires. En liaison avec les ministres intéressés, elle contribue à la réglementation sociale et suit les questions sociales du secteur. Elle suit la politique relative à la formation et aux gens de mer. Elle suit la politique industrielle dans le domaine des transports.

Autrement dit, comme la récente rencontre avec les fédérations du TRM l’a rappelé, elle sera aux premières loges lorsque Bruxelles présentera, demain, ses initiatives routières, à savoir la nouvelle mouture de la réglementation sociale européenne. Elisabeth Borne suit également l’évolution des infrastructures routières, dans la lignée de son prédécesseur.

Ses pouvoirs sont vastes et presque pleins puisqu’elle a reçu la délégation de signature pour le compte de Nicolas Hulot et contresigne avec lui tous les décrets relatifs à ses attributions. Ceux qui réclamaient un ministre des transports à plein titre ont de quoi se réjouir.

Source : Supply Chain Magazine